25/07/2008

- C'est le fonds qui manque le moins

vendredi 13 juin 2008



Ce sont les fonds qui manqueront le plus.
(Ils me manquent d'ailleurs déjà un peu, depuis les donations aux enfants.)

Le responsable TP pour le secteur et le gestionnaire de chantier se retrouvent au bord de l'ébauche de trou. Dubitatifs, ils estiment prudent de réaliser des essais de sol. "Il s'agit quand-même d'un bâtiment à 3 niveaux, si près de la rivière" s'inquiètent-ils avec raison.

Ce terrain, que le profane que je suis trouve irréprochable, pourrait avoir des faiblesses.
Le test coûte ± 600 € (mais oui, plus TVA).
Mais le bras séculier de la machine à tester le sous-sol risque de frapper très fort. Ce trou me donne le vertige: il pourrait devenir un gouffre de quelques milliers d'euros.
---
Un vent favorable m'apprend que TP commercialise un nouveau package isolation. Illico, je fais chiffrer l'upgrade éventuel de mon projet. Résultat: ± 8.000 € de supplément. Renseignements pris, cela reflète bien le prix du marché. Le polyuréthane est vraiment très cher.
Finalement, j'obtiens gratuitement, en "geste commercial", l'isolant plus performant (17cm au lieu de 15) pour les greniers et une meilleure offre (pour des panneaux moins épais) pour les murs creux: ± 5.000 € de surcoût pour des performances appréciables. ON-NA-GAN-GNE. Mouai ...
Mais de quoi se mêlent donc ces vents favorables ?
low080613terrassemtH
---
Vous voyez cette montagne, le sommet dans les nuages ? Elles ne devraient pas être là: il s'agit d'une arnaque du terrassier !

Je pensais répandre ces terres sur le terrain! Et pourtant, avant d'être dérangées, elles n'existaient même pas. D'ailleurs, on n'en parlait jamais.
Un peu comme les artichauts de Coluche, le vrai plat de pauvre. L'assiette est plus copieuse après le repas.

Pas de panique: TP a une solution d'évacuation. D'ailleurs, ils vont faire un devis.
---
La proximité de La Vesdre ne posait pas de problème: aucune cave n'était prévue.
Oui mais, comme trois citernes de 7.500 L figuraient sur son plan, qu'elles avaient été livrées et qu'il devait creuser des trous de citerne, le machiniste se demanda si des citernes n'étaient pas prévues. Et, au vu de leur hauteur, elles se poseraient ± 80 cm en dessous du niveau de la rivière proche. Elles risquaient donc de flotter, vides, à la première sécheresse prolongée. La solution ? On y réfléchi. Et on fera un devis.
J'envisage sérieusement de revenir à l'excellente isolation en polystyrène, qui a fait ses preuves, après tout, et de remplacer les citernes par des récipients sous les gouttières. Dois-je vraiment me charger de l'eau-de-là quand le vin d'ici m'occupe tellement ?
---
Plus jamais, je ne commencerai un chantier un jeudi 12.

 

08:52 Écrit par gambas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.